Définition de l’ICO : Initial Coin Offering

L’apparition des monnaies cryptées a engendré la création de tout un marché qui gravite autour. Avec les nouvelles idées innovantes, on a pu créer de nouvelles méthodes d’investissement et le trading se fait de plus en plus sur des plateformes virtuelles et en ligne. Le grand intérêt porté aux cryptos s’explique essentiellement par le boom qu’a connu le Bitcoin en 2017. Sa valeur ayant atteint les 20 000 $ en a fait l’actif le plus fructueux qui soit. L’arrivée en masse de nouveaux investisseurs a permis la création d’un nouveau système de financement de projets qu’on appelle « ICO ». Alors, comment fonctionne l’ICO, et comment peut-on en profiter ?

CourtierClassementDépot miniRégulationCommencer
à trader
iq-optionnuméro 1250 $USA AllowedTRADER!
iq-optionnuméro 2250 $USA AllowedTRADER!
60 - 65% des comptes des investisseurs de détail perdent de l'argent lorsqu'ils tradent des CFD avec ces fournisseurs. Vous devriez vous demander si vous pouvez vous permettre de prendre le risque important de perdre votre argent.

 

Les points particuliers que présentent les ICOs contrairement aux investissements classiques

 

Les ICOs ont la meilleure rentabilité.

De par sa haute volatilité, la monnaie cryptée permet d’atteindre des sommets immensément hauts en termes de bénéfices. En plus, avec les nouvelles cryptos qui se créent périodiquement, il est possible de centupler les revenus sur son investissement de base. Il existe plusieurs façons qui vous permettront de rentabiliser vos investissements sur les crypto monnaies. Une méthode récente inspirée du « croudfunding » consiste à amasser une somme phénoménale avant le lancement de la crypto afin de solidifier sa position. On appelle cette méthode l’ICO, et bien entendu, son fonctionnement ne se limite pas qu’à cela. Donc, au lieu de passer sa journée à échanger des cryptos comme le fait la majorité des traders, il est possible de simplement investir dans l’ICO d’une crypto qui a du potentiel et de revendre une fois qu’elle aura pris de la valeur après son apparition sur le marché. Vous bénéficierez aussi d’autres avantages comme les tokens dont on expliquera le fonctionnement plus tard. Ce qu’il faut retenir, est que l’ICO (Initial Coin Offering) fonctionne comme l’IPO (Initial Public Offering) qui existe en bourse. On vous propose ici de découvrir l’ensemble des subtilités que présentent les ICOs afin de vous permettre de déterminer les meilleures d’entre elles.

 

Définition des ICOs (Initial Coin Funding) en bref

 

Avec l’arrivée du système de « Croudfunding » qu’on utilise pour financer des projets qui plaisent le public, l’idée de recourir à un système similaire pour lancer des cryptos monnaies ne s’est pas fait trop attendre. On notera que la différence essentielle réside dans le fait que les l’ICO des cryptos fonctionne sur la blockchain généralement. Il existe aussi des start ups qui ont saisi cette opportunité pour disposer des fonds requis en lançant des ICOs à leur tour. Toutefois, il n’est pas chose aisée de lancer une ICO. Voici donc les points les plus importants par lesquels il faudra toujours passer :

 

La rédaction d’un « White Paper »

 

Il s’agit de la base sur laquelle s’établit l’ICO.

Tenant compte de la difficulté qu’on peut avoir à lancer une ICO, on peut considérer la création de ce qu’on appelle le « White Paper » comme étant un obstacle technique important qui requiert un travail ardu pour se finaliser proprement. Il nécessite donc de mettre à la disposition des investisseurs tous les informations qui peuvent les intéresser. En effet, fournir des informations limitées peut vous faire perdre un grand nombre d’investisseurs et donc, une grosse partie des fonds. C’est pour cela qu’un bon « White Paper » leurs permettra d’avoir une meilleure idée sur l’ICO et ainsi, ils se sentiront plus en confiants lorsqu’ils investiront leurs capitaux. D’ailleurs, un « White Paper » clair et bien rédigé les motivera même à investir davantage. D’autre part, la corrélation qu’il aura avec le « Smart Contract » ou le contrat intelligent donnera plus de clarté au projet de l’ICO et vous aidera à le lancer dans les meilleures conditions. En bref, que vous soyez un entrepreneur qui lance une ICO ou un investisseur qui cherche une bonne ICO pour investir, un « White Paper » bien rédigé et accompagné d’un bon contrat intelligent ne peut être que le bienvenu. En d’autres termes, ces deux éléments sont la clé essentielle pour un bon investissement.

 

LA création d’un « Smart Contract »

 

Le Smart Contract doit impérativement être en accord avec le White Paper.

Comme on l’a précisé plus haut, un « Smart Contract » est un excellent indicateur sur l’état futur de la crypto. Si l’ICO dispose d’un excellent « White Paper » avec un « Smart Contract » qui ne comporte pas de contradictions et sans parties floues, elle a de fortes chances de réussir. Cependant, pouvoir détecter les bonnes ICOs en se basant sur ces deux éléments peut s’avérer difficile puisque cela requiert un grand savoir dans le domaine technique. Dans le doute, il est vivement recommandé de se tourner vers des experts. Aucun tarif ne sera trop cher pour garantir le succès de votre investissement. Malheureusement, souvent, des investisseurs manquent de prendre cette phase au sérieux et décident de suivre leurs pressentiments. Il va sans dire que cette méthode n’est pas très fiable et les résultats ne sont pas toujours positifs. Pour expliquer le fonctionnement des « Smart Contracts » on va juste dire qu’il est fortement lié aux différents échanges qui se font sur la blockchain pour garantir la réception des tokens, le tout, selon les données qu’on retrouve sur le « White Paper ». Il faudra donc être averti du contenu de ce dernier, si on veut éviter les mauvaises surprises.

 

Que sont les tokens et comment peut-on en bénéficier ?

 

Le « White Paper » contiendra les informations les plus importantes relatives aux tokens. Par exemple, on peut y trouver le nombre de tokens qu’un investisseur devrait recevoir, selon ses choix. Les différentes possibilités mises à sa disposition y sont aussi inscrites. On peut aussi considérer le fait que les tokens peuvent représenter une excellente valeur ajoutée qui aidera l’ICO à mieux se positionner par rapport aux concurrents. Toutefois, il ne s’agira en aucun cas de parts contrairement à ce qu’on pourrait le croire. Ils sont radicalement différents des actions boursières par exemple. En plus, la distribution des tokens varient selon l’ICO. Les meilleures d’entre elles proposent de distribuer les tokens de façon équitable entre les investisseurs et les créateurs de la crypto. Mais ce type de distribution se fait de plus en plus rare, et on constate malheureusement que les créateurs tendent à avoir les plus grosses parts sur la majorité des ICOs lancées durant ces dernières années.

Enfin, un excellent outil auquel il faut rester attentif est ce qu’on appelle le « Listing ». Ce dernier vous aidera à avoir une meilleure idée sur le niveau de stabilité que vont avoir les tokens. Ainsi, vous allez être en mesure de faire un classement des futures cryptos avant même leurs lancements et de juger leur valeur par rapport aux différentes devises comme l’Euro ou le Franc Suisse par exemple. Notons, au passage, que le listing prendra quelques jours avant d’afficher les nouveaux tokens. Les raisons principales à cela se rapportent à des procédures techniques et l’obtention des approbations des différentes plateformes. Certains investisseurs profitent de ce temps pour mieux étudier le cours du coin et en profiter au mieux si ce dernier montre des signes haussiers.

 

Le monde des ICOs grouille d’arnaqueurs

 

Les arnaques causent la perte de centaines de milliers d’euros chaque année.

Sans doute à cause du fait qu’ils requièrent un grand savoir, les ICOs sont la cible principale de certains groupuscules qui se spécialisent dans les arnaques. On peut penser au cas du « Bitconnect » qui a été un véritable fiasco et qui a engendré la perte de sommes mirobolantes à différents investisseurs. Soyez rassurés, il est impensable de tomber dans les pièges de ce genre de voleurs si on fait une bonne étude du « White Paper » et du contrat intelligent. En effet, si on regarde bien ceux des arnaqueurs, on se rend très vite compte du manque de clarté des documents qu’ils présentent. Souvent, les failles sont tellement évidentes que même un investisseur lambda qui manque d’expérience dans le domaine peut se rendre compte des différentes contradictions qui s’y trouvent. Attention, tout de même, parfois les « scams » peuvent être mieux réalisés et il vous faudra l’aide d’un expert pour les mettre à jour.

 

Il faut toujours se référer au « White Paper » et au « smart contract »

 

Comme on l’a déjà précisé, le « White Paper » et le « Smart Contract » sont les deux éléments essentiels lorsqu’on étudie les possibilités qu’offre une ICO. Pour ce faire, il faut scruter les deux documents dans leurs moindres détails. Cela peut, en effet, dans quelques cas prendre un peu plus de temps et d’efforts que prévu mais il s’agit d’une phase primordiale de l’étude de l’investissement. Il est donc crucial de ne pas les bâcler et de les lire avec un maximum de concentration et d’attention. Il faut en plus se rappeler que les plus douteuses d’entre elles présenteront des données qui ne sont pas claires de façon intentionnelle pour créer de la confusion chez l’investisseur et le pousser à dépasser le point de faiblesse de l’ICO sans trop se pencher dessus. Une des méthodes les plus utilisées se résume à vous présenter l’ICO comme une opportunité à ne pas rater. Elles misent essentiellement sur la peur de l’investisseur plutôt que sur le projet lui-même. Si vous vous retrouvez un jour dans une telle situation, il est probable que l’ICO soit en réalité un piège. Pour éviter de tomber dans des escroqueries, il faut se tenir au plan de travail qui se base sur l’étude des deux documents cités plus haut, quitte à laisser passer une opportunité en or.

 

Il faut toujours s’informer sur les origines de l’ICO

 

Faites votre propre enquête avant d’investir votre argent.

Il existe un moyen plus pratique pour reconnaître les mauvaises ICOs sans avoir à étudier les documents complexes fournis. En effet, en faisant une recherche approfondie sur les fondateurs de l’ICO qui vous intéresse, vous allez avoir accès à leur historique. Ainsi, vous serez plus en mesure de savoir s’ils ont déjà participé à des « scams » auparavant. Il est rare qu’on voie des individus ou des sociétés qui ont fait leurs preuves se mêler à des affaires douteuses ou se mettre à arnaquer les gens et détruire leur bonne réputation si durement gagnée. Cela vous donnera une idée à quel genre d’ICO vous avez affaire. En tous cas, si vous vous rendez compte que ceux qui lancent l’ICO ont été déjà mêlé de près ou de loin à ne serait-ce qu’une seule affaire douteuse, il est recommandé de vous éloigner de son ICO et d’en chercher une autre plus solide. Attention, ce n’est pas parce que les entrepreneurs qui lancent l’ICO ont un bon historique qu’on peut négliger les « White Papers » et les « Smart Contracts ». Il ne s’agit donc ici que d’une phase qui vous permettra de limiter le nombre des ICOs qu’il faudra étudier.

Il est aussi conseillé de garder un œil sur l’actualité de la société qui a lancé l’ICO. Il est très probable que cette dernière comporte des risques si la société traverse une mauvaise passe. Si au contraire, elle se porte bien, il y a plus de chances que l’ICO reflète cet état et gagne la confiance d’autres investisseurs. Grâce aux forums et aux réseaux sociaux, il est facile de trouver toutes les informations importantes qui concernent l’ICO. En suivant ces quelques conseils, vous allez maximiser vos chances d’en trouver une qui soit fiable et rentable.

 

Référez-vous au calendrier de l’ICO

 

Comme on fait face à une multitude de nouvelles ICOs périodiquement, il est difficile de pouvoir toutes les suivre une par une. C’est pour cela qu’il est recommandé de se tourner vers certaines plateformes comme TokenMarkets qui contiennent toutes les informations nécessaires pour vous aider. Même si, occasionnellement, vous n’arrivez pas à trouver les informations que vous recherchez sur une ICO en particulier, le site contiendra forcément des liens externes qui vous enverront sur les pages qui les contiennent. Il faut, cependant, se méfier des informations qu’on retrouve sur des sites inconnus puisqu’ils peuvent être financés par les créateurs de l’ICO pour leur faire de la publicité. Il existe diverses sociétés qui se spécialisent dans cette activité et qui s’adaptent aux différents systèmes de sécurité de Google qui tentent de les pénaliser. Voici quelques exemples de nouvelles ICOs qui ont été récemment lancées :

 

L’ICO d’ « Ethereum »

L’ICO d’Ether est sans aucun doute une valeur sûre. La levée de fonds entreprise par le créateur de l’Ether a été faite sur le Bitcoin, une autre monnaie ultra solide et la plus connue au monde. Même si l’ICO manquait clairement de « Smart Contract », il s’agit là d’une caractéristique de l’Ether et non d’un manque de sérieux de la part de l’équipe qui a lancé l’ICO. Pour dire, qu’il existe toujours des exceptions. Après un peu plus d’un mois, les investisseurs ont vendu plus de 60 000 000 d’Ethers sur le marché mondial. La valeur de ces échanges a dépassé les 31 000 Bitcoins. En faisant les comptes, on a constaté que l’unité a été vendue à un peu plus de 3 USD ; ce qui était phénoménal pour une nouvelle crypto. Toutefois, ceux qui n’ont pas vendu ont vu la valeur de l’Ether grimper pour atteindre aujourd’hui près de 250 USD, soit, seulement quatre années plus tard.

 

L’ICO d’ « DAO »

L’ICO du « DAO » est très connue puisqu’elle a cumulé la somme incroyable de 160 millions d’Euros en à peine un mois. Avec son projet convaincant, qui se base sur une des meilleures cryptos au monde (l’Ether), et grâce à son projet de décentraliser le fond sans apporter de modifications aux conditions d’utilisation de la crypto, les investisseurs ont afflué sur cette ICO de tous les cotés. Après tout, toutes les conditions pour une puissante cryptos sont là non ? Eh bien, non ! Il se trouve qu’une faille dans la sécurité du DAO a fini par avorter son projet et les investisseurs ont perdu un total de 50 millions de Dollars qui ont été piratés. S’ils avaient fait les études nécessaires citées plus haut, ils auraient pu éviter une telle catastrophe. Morale de l’histoire : il ne faut jamais négliger l’étude du « White Paper » et du « Smart Contract ».

 

L’ICO d’ « eSport Beyond the Void »

Cette nouvelle crypto monnaie a su intéresser une communauté connue pour s’investir et financer différents projets. On pense notamment aux différents tournois d’ « esports » qui rapportent aux vainqueurs de grosses cagnottes  qui dépassent les dizaines de millier d’Euros et atteignent, dans certains cas, les millions. L’ICO a cumulé un investissement de départ de plus de 300 000 $ et continue à attirer les investisseurs.

 

Que peut-on dire des ICOs en fin de compte ?

 

Les ICOs représentent, en ce moment, l’une des meilleures opportunités d’investissements et les plus rentables sur le court et le long terme. En plus, elles permettent de garantir les bénéfices si les études sont faites sur de bonnes bases. Certes, il n’est pas chose facile de distinguer les bonnes ICOs des plus mauvaises, mais c’est possible. Il suffit juste de faire les recherches nécessaires et d’étudier les documents fournis dans leurs moindres détails. Cela vous aidera à éviter les « scams » et à limiter vos recherches et études sur un petit nombre d’ICOs, pour une rentabilité optimisée.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *