Investir en bourse : votre guide complet

La bourse reste toujours le moyen le plus efficace pour cumuler du capital, si pratiquée correctement, bien entendu. C’est cette peur qui empêche un grand nombre d’investisseurs potentiels de se lancer dans la grande aventure. On comprend naturellement pourquoi ; avec toutes les rumeurs qui lui tournent autour et l’approche médiatique qui lui donne l’image d’un milieu réservé aux élites, il est difficile de s’imaginer investir dans la bourse.

Avec les crises passées et les ruines de certaines grandes entreprises qu’on croyait immunisées à la faillite, les petits investisseurs ont fini par prendre peur, et pour juste cause. De plus, le paysage n’annonce pas un temps nouveau, et ce n’est pas le rendement modeste de certaines entreprises nationales puissantes telles que « France Telecom » et « EDF » qui va arranger les choses.

Malgré tout, la bourse reste statistiquement plus rentable que d’autres investissements comme les livrets d’épargne et l’immobilier.

Quel est le rôle des intermédiaires financiers ?

Bien s’entourer, c’est la clef du succès boursier. Après tout, vous allez mettre une partie considérable du labeur de votre vie entre les mains d’autres personnes. Il est donc primordial que vous ayez une confiance absolue en ces gens. Vous devez être sûrs de leur intégrité et de l’intérêt qu’ils vous rapporteront.

Il faut que les bases soient bien fondées dès le début et que les termes soient bien clairs pour vous. Les négociations des frais et services doivent êtres clarifiés. Il est vivement recommandé de comparer les tarifs avec les concurrents avant de vous lancer avec un intermédiaire. Si vous avez plus confiance en un intermédiaire plus que d’autres, il serait plus judicieux de l’embaucher même s’il vous coutera un peu plus cher que ses concurrents.

Quel est le rôle des courtiers (brokers) ?

Il s’agit de l’intermédiaire essentiel qui vous permettra d’entrer en bourse. Son rôle principal étant de faire le lien entre les vendeurs et les acheteurs sur le marché boursier. Depuis des centaines d’années déjà le concept de la bourse est resté le même malgré toute la sophistication qui l’entoure aujourd’hui.

Comme ils deviennent très nombreux de nos jours, le job de gestionnaire fût créé pour combler le vide entre la place boursière et le client.

En d’autres termes, le job du broker est de traduire au client, en langage commun, ce qui se passe sur la scène boursière. Il doit aussi suivre le dépositaire qui met les registres des prioritaires à jours.

Il doit apporter la clarification nécessaire au client afin que celui-ci puisse prendre les décisions d’investissement qui lui semblent correctes.

Il n’y a désormais que deux types de courtiers. Les premiers sont ceux qui sont fournis par votre banque. Ils intègrent notamment les PEA et les comptes-titres aux autres services financiers. Seulement ils vous couteront bien plus que le deuxième type de courtiers, et ce n’est pas leur seul défaut.

Liste des défauts du 1er type de courtiers :

  • Ils sont trop chers.
  • Ils offrent un accès très limité au marché.
  • Ils sont très limités quand il s’agit de produits dérivés.
  • Ils gèrent trop de comptes et ne peuvent par conséquent pas procéder au cas par cas.

Le 2ème type de courtiers est, au contraire, bien plus intéressant. Ayant traversé une mauvaise passe, il connait aujourd’hui un nouveau souffle qui le rend beaucoup plus efficace qu’il ne l’a jamais été grâce à la démocratisation d’internet. Ce courtier qui se spécialise en bourse dispose désormais d’une panoplie de moyens qui boostent sa performance. De plus, la compétition rude rend ses tarifs assez bas, faisant ainsi de n’importe lequel d’entre nous un potentiel investisseur. En effet, vous n’avez plus à balancer une fortune pour avoir accès à un tel courtier.

Avec l’apparition des banques en ligne et la nouvelle organisation banques en filiales, beaucoup de courtiers ont eu l’idée de se généraliser. Le groupe du Crédit Mutuel a racheté, en 2006, Fortueno alors que la Société Générale possédait déjà Boursarama. Ceci dit, d’autres comme Binck ou encore Bourse Direct ont maintenu le courtage comme unique pratique.

Un nouveau type de courtier a vu le jour sur les CFD et le Forex, mais c’est plutôt des courtiers alternatifs proposant des produits, certes, financiers, mais qui ne sont pas pour autant des produits de bourse. Mais c’est un autre sujet.

Qui sont les teneurs de marché ?

Les teneurs de marché (ou market makers) proposent le prix de vente et d’achat sur les valeurs boursières. Par exemple, un ordre d’un certain nombre d’actions sera probablement exécuté devant des teneurs de marché plutôt que devant des particuliers.

Les gains des teneurs de marché fait partie du prix d’achat proposé. Par conséquent, il est commun de ne pas se rendre compte qu’on traite avec un teneur de marché. Cependant quand on achète des options ou des trackers ETF ou encore des obligations ou autres, il vous faudra impérativement un market maker de par le manque de liquidité de ces marchés.

C’est surtout par rapport aux produits dérivés que les teneurs de marché brillent. Sans eux, il sera vraiment pénible de vendre et d’acheter des trackers ou des titres qui ne figurent ps sur la liste des 40 premières actions du CAC40.

Avant que la bourse n’explose et ne devienne un marché si actif, les courtiers eux-mêmes se chargeaient du travail du teneur de marché. Seulement, la nature conflictuelle de ces activités a fini par séparer les deux jobs. Il reste toutefois quelques cas où c’est encore la norme comme sur les CDF.

Que sont les sociétés émettrices ?

Ces compagnies émettent des produits financiers, comme leur nom le suggère. Ces sociétés sont celles qui désirent lever le capital dans le cas des obligations et des actions. C’est l’émetteur (un gestionnaire de fond) qui met en vente les parts de fonds (dans le cas des trackers ETF).

En ce qui concerne tous les autres produits boursiers, c’est l’entreprise qui mise sur la valeur du produit, qui est en général la banque, qui fait guise d’émetteur. Il est donc important de ne suivre que les émetteurs les plus fiables et en lesquels vous avez confiance. Car, si l’émetteur est ruiné, il sera vraiment très difficile de pouvoir recouvrir la valeur du produit.

Qu’est ce que le régulateur ?

C’est l’Autorité des Marchés Financiers, plus communément appelée AMF qui régule tous les tiers : les market holders, les courtiers et les compagnies émettrices en France.

Le pouvoir de cette autorité sur le marché est absolu. Elle peut donc modifier les règlements, sanctionner tout contrevenant et contrôler l’ensemble des acteurs financiers.

En cas de conflit avec un intermédiaire, il est possible de prendre le médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers. Il est par ailleurs conseillé de se référer au site officiel de l’AMF afin d’éviter tout litige avec l’organisme.

Il contient bien des informations qui vous seront sans doute très utiles. On citera par exemple les déclarations des directeurs lors des échanges d’actions des entreprises et les résultats obtenus après faits. Ceci vous donnera une meilleure idée sur l’état réel des sociétés et vous aidera à faires les bons choix lorsque vous investissez.

Comprenez fonctionne la bourse

Avant de vous lancez dedans, le minimum serait d’en comprendre le mécanisme. Ceci vous évitera de commettre des erreurs qui vous couteront la totalité de votre investissement en un claquement de doigts.

Horaires de la bourse

La cotation en continu fonctionne de 7:45 à 09:00, puis, de 9:00 à 17:30.  Elle inclut toutes les grandes valeurs de la bourse telles que le CAC40. Durant la première phase, ce sont les market holders et les investisseurs du matin qui remplissent les carnets. Les transactions restent en attentes cependant.

A 9h, l’opérateur boursier détermine le prix d’ouverture en confrontant les vendeurs et les acheteurs. L’activité connue de la bourse, entre les publications des statistiques et de l’actualité boursière et les tendances, aura alors lieu jusqu’à 17h30, où elle prendra fin pour définir le cours de clôture.

Qu’est ce que le cycle de règlement livraison ?

Les transactions boursières ne prendront fin que lorsque le règlement aura lieu. Les brokers entrent alors en jeu et contactent la chambre de compensation ainsi que la bourse pour finir les échanges de titres et régler les paiements. Le cycle en France dure deux jours. Donc quand vous faites une transaction d’achat, il vous faudra attendre deux jours avant que celle-ci ne soit complétée. Il faut donc être prudent et ne jamais retirer l’argent avant la date prévue.

Le carnet d’ordre, c’est quoi exactement ?

Il s’agit du centre de l’activité boursière. Il contient des informations de très grande importance sur les tendances du marché du court terme. Prenons cet exemple de la compagnie Tropiglu. Lors de la séance, les vendeurs et acheteurs font des ordres cumulés sur le dernier prix de transaction.

Le carnet d’ordre est le cœur du mécanisme de bourse, c’est aussi une mine d’or qui contient de nombreuses informations sur la tendance à court terme. Prenons le cas d’une action de la société TROPIGLU, fabricant des colles tropicales à base de guacamole. Au cours de la séance, les acheteurs et les vendeurs placent des ordres, pour la plupart situés autour du dernier prix de transaction :

Action TROPIGLU, dernier cours : 19.00
Achat Vente
Quantité Prix Prix Quantité
100 18.90 19.10 200
400 18.80 19.20 300
10,000 18.70 19.30 10,000

 

On constate dès le début que le point le plus éloigné du cours à 19 Euros a la plus grande quantité. Ce sont les market holders qui causent ceci. Cependant on constate aussi que certains d’entre eux ont opté pour des tailles moins grandes. On appelle cela de l’arbitrage à haute fréquence.

Par exemple, si vous voulez acquérir 100 actions, il est possible de choisir la meilleure offre à 19.10 Euros, et vous achèterez les actions à ce prix, modifiant ainsi le carnet d’ordre immédiatement.

 

Action TROPIGLU, dernier cours : 19.10
Achat Vente
Quantité Prix Prix Quantité
100 18.90 19.10 100 (200 – 100)
400 18.80 19.20 300
10,000 18.70 19.30 10,000

 

Néanmoins, il vous est possible de demander à acheter les actions à un prix plus bas. Disons 19 Euros ! Dans ce cas il vous faudra attendre qu’on accepte de vous vendre les titres à ce prix.

Action TROPIGLU, dernier cours : 19.00
Achat Vente
Quantité Prix Prix Quantité
100 19.00 19.10 200
100 18.90 19.20 300
400 18.80 19.30 10,000
10,000 18.70

 

Et ainsi de suite, vous pourrez donc demander un prix plus bas. Ceci dit, si une personne avant vous a demandé ce même prix, il vous faudra attendre qu’elle soit exécutée ou qu’elle annule sa demande.

 

Action TROPIGLU, dernier cours : 19.00
Achat Vente
Quantité Prix Prix Quantité
200 18.90 19.10 200
400 18.80 19.20 300
10,000 18.70 19.30 10,000

 

Il faut noter que les ordres les plus agressifs auront le plus de chances d’être exécutés. Ceci dit, pour ce genre de tailles d’ordres, le placement n’est pas si important. Mais pour les actions de PME, les choses deviennent beaucoup plus sérieuses et une prudence extrême est requise. Notez que dans ces cas là, il devient impossible et illégal d’annuler un ordre.

Tous les produits

Tout comme pour les investissements, il faut apprendre à diversifier ses transactions. Et les boursiers ont élargi leur base jusqu’à atteindre les particuliers et les larges investisseurs.

Par conséquent, on trouve désormais des actions de marchés lointains sur la bourse européenne (Eurex), des Exchange Traded Funds sur différentes stratégies etc…

Produits listés ou de gré-à-gré

A partir d’un certain niveau de l’investissement, il devient difficile de mettre des sommes colossales en bourse, même avec toutes les garanties qu’on veut. C’est pour cette raison qu’il est impensable que la bourse puisse changer le cours de certains marchés. Ces derniers sont si gros, qu’ils deviennent de loin inaccessible aux particuliers à cause de leur prix exorbitants (atteignant les centaines de millions d’Euros). Ils sont en général décidés à l’amiable ou au gré-à-gré. C’est ce qu’on appelle les OTC.

Quant au reste des produits, la bourse n’en gère qu’une partie. Les références pour les autres actifs seront tirées des contrats liquides et standards. Pareil pour les produits dérivés.

La bourse offre 3 avantages principaux : la garantie d’avoir un bon prix de marché, la sécurité des transactions avec des lois solides qui les protègent, et la liquidité. Elle offre aussi un carnet d’ordre centralisé qui est capable de regrouper un nombre phénoménal de vendeurs et d’acheteurs qui ne pourraient jamais se réunir autrement.

La bourse propose une transparence des prix que vous ne trouverez nulle part ailleurs. La chambre de compensation représente une garantie infaillible qui vous réglera même lorsque l’acheteur est dans l’incapacité de payer.

Les produits listés sont tout à fait acceptables car ils ne pourraient de toute façon pas être côtés en bourse de par leur complexité. La combinaison des prix d’entrée et de la courte durée de vie des options binaires en font un bon exemple. Les prix de sortie différent donc pour l’ensemble des acheteurs.

Les obligations et les actions

S’il y a un terme qui caractérise la bourse c’est surement l’action. Les obligations se négocient plus au gré-à-gré depuis plus de 30 ans déjà, mais on note un retour intéressant depuis quelques temps.

Toutes les grandes sociétés sont côtés en bourse, et pour cause. Cela offre bien des avantages à celle-ci. Elle peut donc lever des fonds très vite et à coûts limités, ses actionnaires en deviennent plus flexibles et peuvent modifier les parts autant qu’ils le souhaitent et à n’importe quel moment. Les sociétés plus petites ont aussi leurs avantages, comme gagner plus de visibilité sur le marché par exemple. Le retour des obligations en bourse, même si encore limité, représente une opportunité pour beaucoup.

Les produits dérivés et les Trackers

Pour les définir, on peut dire que les produits dérivés sont des fonds côtés. On les appelle aussi des Exchange Traded Funds. En général, ils ne contentent de répliquer les performances de certains indices, mais peuvent aussi agir sur l’état d’un secteur ou une industrie en particulier. Ils se distinguent par une haute visibilité en bourse. Il est donc logique que le titre le plus actif à la bourse Newyorkaise soit un tracker. Il s’agit de celui placé sur l’indice Standard&Poor’s S&P500. Ils permettent notamment d’investir de petites sommes sur des indices à coûts faibles.

Les produits dérivés qui existent en ce moment en bourse se vendent partout chez les particuliers. Appelés aussi Warrants, de certificats ou de turbos ont un système d’emprunts qui a pour effet de multiplier à la fois, les gains et les pertes, offrant effet levier très performant. L’aspect fixed dice de ce warrant le rend particulièrement populaire mais aussi très dangereux.

Il faut surtout comprendre que le milieu de la bourse est en développement perpétuel. Ce qui signifie qu’avec la bonne approche, vous pouvez toujours trouver la combinaison d’investissements qui vous convient.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *