Que faire si un broker veut vous arnaquer ?

Quand il s’agit d’investir, qui que vous soyez, que votre épargne soit petite ou grande, quel que soit votre savoir, vous pouvez être trompé et perdre une partie ou tout votre capital. Les tactiques des fraudeurs sont variées, mais certaines indications devraient vous alerter. Comment reconnaître et éviter les arnaques?

Lorsque les investissements traditionnels sont peu rémunérateurs, la tentation est forte de rechercher des solutions qui rapportent plus. C’est dans cet environnement que se développent beaucoup d’arnaques : promesses de profits non réalisables,  investissements falsifiés dans de nouveaux secteurs, conseillers financiers qui n’existent pas, voleurs d’identité, fausse autorité publique. 

Les arnaques touchent beaucoup d’investisseurs ! En effet, près de 30% des Français ont déjà été démarchés par des courtiers qui proposent des placements sur le Forex ou les options binaires. D’ailleurs, 5% des investisseurs déclarent avoir été arnaqués dans ce type d’investissement. 

 

Arnaques options binaires et Forex

Certaines plateformes de trading Forex et d’options binaires en ligne vous laissent penser qu’après quelques jours de formation, vous deviendrez un trader et gagnerez rapidement beaucoup d’argent. 

Beaucoup  d’investisseurs qui ont négocié sur le marché des devises ou les options binaires ont perdu une grande partie de leur mise, voire plus encore. Bien que certains sites soient autorisés, beaucoup ne le sont pas et vous risquez de ne pas récupérer votre capital. 

 

Remboursement d’investissement : 

Des professionnels de la finance qui n’en sont pas, des cabinets d’avocats qui n’existent pas ou encore des personnes faussement mandatées par une quelconque autorité proposent aux investisseurs qui ont perdu de l’argent sur les plateformes de trading de récupérer leur capital, prestation facturée bien sûr! Soyez vigilant, c’est aussi une escroquerie.

“Au début du mois d’avril 2016 le journal « Le Républicain Lorrain » a publié un article sur son site internet qui est intitulé « Metz : Pascal était un faux trader, mais il a fait de vraies victimes »

“Bien qu’ici les victimes de ce trader n’aient jamais perçu le moindre retour sur investissement, la démarche qui vise à mentir aux investisseurs dans le but de les pousser à confier leur argent nous fait assez penser à Bernard Madoff, l’un des plus grands fraudeurs financiers de l’histoire.” (Source Forexagone)

 

Investissements spéciaux : 

Investissement sur les pierres précieuses, le vin, les terres rares, les énergies renouvelables… Certains broker proposent des investissements sur des actifs un peu particuliers qui, soi-disant devraient permettre des bénéfices plus élevés, sans préciser que les risques sont aussi plus élevés. 

Une fois de plus, ces placements peuvent  cacher des escroqueries malgré le contrôle de l’AMF. Si ces investissements ne disposent pas d’un numéro d’enregistrement fourni par l’AMF, c’est une activité hors la loi, attention !

 

Fraude à l’identité : 

Certains criminels se font passer pour des brokers régulés, qui la plupart du temps n’offrent aucun emplacement de trading. Ces soi-disant courtiers régulés s’entête souvent pour que vous examiniez les registres des autorités de régulation pour justifier de leur présumé honnêteté.

 Attention: la différence avec leur site et un site autorisé se reflétera dans certains petits détails, comme la modification d’une lettre dans le nom du courtier ou la domiciliation du site. Par conséquent, il ne suffit pas de vérifier la présence d’une entreprise dans les registres certifiés pour éviter les escroqueries. 

 

La pyramide de Ponzi : 

 

Soyez prudent avec un placement “qui rapporte » réservé à quelques élites, que vous entendriez de la part d’un proche. Parfois, il peut s’agir d’escroqueries. Un faux conseiller indépendant arrive à persuader les gens d’effectuer un premier paiement. Ce paiement est utilisé pour payer des rendements qui n’existent pas à d’autres investisseurs qui, mis en confiance, en parlent autour d’eux.

Cette arnaque est appelée «pyramide de Ponzi»: chaque investisseur est chargé de trouver de nouveaux investisseurs, et les paiements de certains ont été payés par d’autres. 

Lorsque l’escroc ne peut plus recevoir de nouveaux paiements faute de nouveaux épargnants ou rembourser ceux qui veulent récupérer leur argent, il devient introuvable. C’est alors que les victimes découvrent le pot aux roses. 

Un exemple très connu de cette pyramide de Ponzi :

“Bernard Madoff, l’ascension et la chute du docteur Faust de Wall Street

Il fut l’artisan de la plus grande pyramide de Ponzi, qui opéra pendant près de deux décennies, et fit des milliers de victimes.

Grâce à ses rendements réguliers et peu volatils en toutes circonstances, sa pyramide de Ponzi attira de nombreux investisseurs.” (Source Les Echos).

 

Comment identifier les arnaques : 

Vérifier le Whois : 

Qu’est-ce que le Whois? : Whois est l’abréviation de Who is? Ce qui veut dire en Français : qui est-ce? En effectuant une recherche Whois, vous obtenez les informations sur l’administrateur du site, de la personne qui a réglé le nom de domaine et du contact responsable de la maintenance technique du site.

Whois est donc un service de recherche fourni par l’Afnic et certains registres Internet. Ce service vous permettra de déterminer qui se cache derrière l’adresse IP ou le nom de domaine.

Si le courtier a un Whois anonymisé, ne vous inscrivez pas! c’est forcément un broker non référencé.

Si le courtier montre dans son Whois qu’il est domicilié dans un paradis fiscal (Bahamas, Iles Vierges britanniques) n‘envoyez pas d’argent, impossible pour vous après de le récupérer en cas de problème. Et il y aura forcément un problème, si le courtier à fait le choix de se domicilier dans ce genre de pays, ce n’est pas un hasard, et ce n’est pas sans risque pour vous.

Les paradis fiscaux protègent l’anonymat de l’entreprise et la mise en place de structures dans ce type d’île ou de pays permet au courtier malhonnête de disparaître avec l’argent des investisseurs sans laisser aucune trace.

Les courtiers et la publicité : 

En décembre 2016, la loi interdisait aux professionnels de la finance (banques, sociétés de gestion, conseillers en investissement financier) de transmettre par voie électronique des publicités aux particuliers sur les options binaires, le forex et les CFD. Les médias électroniques concernés comprennent les sites Web, les courriels, les téléphones portables, la radio, la télévision, etc. 

Le démarchage : 

Que vous soyez approché par quelqu’un qui vous propose un «investissement certain et qui rapporte» ou appelé après une visite, par exemple, sur un site de trading en ligne, vous devez faire preuve de vigilance.

En fait, certains de ces vendeurs se faisant passer pour des «conseillers» utilisent des méthodes de manipulation destinées à vous soutirer de l’argent.

Un petite exemple concret :  

Le courtier lui à fait perdre plusieurs milliers d’euros : 

« Pour contacter Henri par téléphone, il fallait laisser sonner deux fois. Puis le rappeler. Il savait alors que ce n’était pas son « coach » financier qui le relançait. Car celui-ci ne cessait de l’appeler pour le pousser à investir à nouveau sur le Forex et les options binaires. Pour « se refaire ».

Mais les appels ont cessé, son compte a été fermé. Henri n’ose avouer les sommes perdues quand il se croyait trader. Mais ça se compte en dizaines de milliers d’euros. » (Source 60 millions de consommateurs)

Ils auront un faux discours, pour donner de la fiabilité à leur entreprise et à leur approche, pour vous mettre à l’aise. Ils valorisent leur expertise et essaient toujours d’établir une relation étroite avec vous. Incitations, « pourboires », cadeaux. Leur but est de vous rendre addict à leurs discours pour vous inciter à payer des sommes plus importantes et ils vous culpabilisent si vous n’effectuez pas de versement. 

Soyez vigilants : ces commerciaux ne sont pas là pour vous aider, vos intérêts ne les intéressent pas, seul votre argent est leur objectif! Vous trouverez quelques techniques de démarchages sur le site de l’AMF, pour vous permettre d’identifier ces commerciaux : 

  • On vous demande d’investir une petite somme au départ pour demander plus ensuite (“le pied dans la porte”).
  • On vous demande d’investir une grosse somme au départ, vous refusez, on vous propose de verser une petite somme et là, vous acceptez (“la porte au nez”).
  • On vous laisse le choix, en prétextant que c’est votre décision, qu’il n’y a pas de piège, la probabilité d’acceptation est augmentée (“mais vous êtes libre de”).
  • On vous présente des avantages financiers progressivement, vous êtes plus enclin à investir des sommes plus importantes (“ce n’est pas tout”).
  • On vous ment en premier, puis on dévoile la supercherie, vous avez plus de chance d’accepter leur demande (« l’amorçage »).
  • Les courtiers publient le nombre de traders qui utilisent leurs plateformes, si d’autres le fonds, c’est forcément bien (“la preuve sociale”).
  • Parce que vous vous sentez redevable face à certaines offres soi-disant avantageuses, vous donnez encore plus (“la règle de réciprocité”). (Source AMF)

Un bon placement réservé à quelques personnes seulement :

  • Vous recevez un mail ou vous tombez sur une annonce annonçant votre fortune : gagner 10 000 euros par mois, des promesses irréelles!
  • Vous êtes approché par une personne qui vous est inconnue ou recommandée par un membre de votre famille ou un collègue
  • Cette personne se présente comme un professionnel, vante ses compétences et ses réalisations de manière disproportionnée, fait un discours séduisant, se réfère à un joli site Web,
  • Il offre un investissement unique, qui rapporte et qui est garanti, réservé à quelques personnes seulement («beaucoup de mes clients ont déjà négocié dans cet investissement», «j’ai investi avec mon argent et avec celui de ma famille»),

Un commercial peu professionnel et pressant : 

  • Il ne vous dira pas pour quelle entreprise il bosse et change de sujet après vous avoir donné très peu ou pas d’informations. 
  • Il ne vous demande pas quels sont vos objectifs d’épargne et votre choix d’investissement ou pire, il vous encourage à tricher sur votre situation financière,
  • Il vous met la pression, vous rappelle et vous dit que demain il sera trop tard, cela vous fait même culpabiliser si vous n’acceptez pas les investissements qu’il vous propose,
  • Il demande un paiement rapide; pire, il demande un chèque à votre nom ou votre numéro de carte de crédit. 

Soyez vigilant et faites attention aux manipulations de certains commerciaux !

  • Certains vendeurs utilisent des méthodes qui incitent leurs victimes à payer de plus en plus d’argent jusqu’à ce qu’elles perdent leur capital. 
  • Pour ne pas être manœuvré par ces personnes sans scrupules, apprenez à identifier leurs méthodes.

 

Comment éviter les escroqueries ?

Pour éviter de se faire avoir par des escrocs, même si vous pensez que l’entreprise est sérieuse, procédez avec prudence.

  • Si une personne que vous ne connaissez pas vous contacte et vous propose un investissement «incroyable», ne donnez pas suite à ses demandes. 
  • Vérifier : adresser des questions précises au commercial, sur sa personne et sur son entreprise (nom, numéro d’immatriculation, adresse, numéro de téléphone, etc. ). Consultez les fichiers Orias et Regafi pour voir s’ils sont autorisés. 
  • Questionnez le sur les investissements : quels sont les tarifs ou commissions ? Pourquoi la rentabilité est-elle si importante ? Souvenez vous qu’il n’y a pas de rentabilité élevée sans risque élevé,
  • Demandez des documents écrits et regardez-les avec attention,
  • Ne vous inquiétez pas, prenez un moment pour y réfléchir. Ne succombez pas à la pression des consultants, ils vous obligeront à investir immédiatement.
  • Plus important encore, n’effectuez aucun paiement, ne fournissez pas votre numéro de carte de crédit et ne signez aucun document immédiatement.
  • Pour finir, pensez à votre exigence en matière d’épargne, à votre condition financière et aux risques que vous êtes prêt à prendre. Assurez-vous que l’autre partie considère également ces problèmes.

 

Quels recours en cas d’escroquerie ? 

Au cours des dernières années, les arnaques aux investissements financiers se sont multipliées. Investir dans les pierres précieuses, l’œnologie, la crypto-monnaie, le cheptel … De nombreux sites Internet se mettent en place chaque jour, dont le seul but est de vous tromper. Si vous êtes victime, le seul recours est de porter plainte. Voici quelques pistes :

Vers qui se tourner ?

amf

  • L’AMF n’est apte que si il s’agit de courtiers en ligne autorisés à commercialiser des instruments financiers en France. Il en est de même pour les médiateurs de l’AMF qui ne pourront vous aider à régler le litige à l’amiable qu’à cette même exigence.
  • Il sera plus prudent, avant d’investir sur le marché boursier, de vérifier si votre interlocuteur dispose de l’autorisation nécessaire. Si vous avez déjà perdu de l’argent et que le site Web est un site Web frauduleux, vous devez contacter une agence juridique.
  • Si le montant de l’investissement est en dessous de 10 000 euros, vous pourrez déposer une plainte au commissariat de police ou à la gendarmerie près de chez vous. Si vous ne savez pas qui est l’auteur des faits et que vous êtes victime d’une arnaque, vous pouvez remplir le formulaire de pré-réclamation sur le site en ligne : https://www.pre-plainte-en-ligne.gouv.fr. avant de vous rendre au poste de police ou à la gendarmerie en personne.
  • Si la somme investi est supérieure à 10 000 euros, vous pouvez choisir de porter plainte auprès de votre commissariat de police, de la gendarmerie ou directement auprès du procureur du tribunal local de votre domicile. Dans ce troisième cas, vous pouvez envoyer la réclamation par courrier LRAR, ou vous pouvez envoyer la réclamation par courrier ordinaire. Lorsque votre plainte aura été enregistrée par le tribunal, vous recevrez un justificatif (récépissé) contenant les références du document afin que vous puissiez suivre son évolution.

Avec quels éléments ?

Votre plainte, qu’elle soit adressée au commissariat de police, à la gendarmerie ou à la grande cour, doit être précise et inclure tous les éléments pouvant aider la justice :

  • Détailler de quelle façon vous êtes entré en contact avec le site Web,
  • Préciser le nom de domaine du site Web,
  • Indiquer le montant total de l’investissement,
  • Indiquez les coordonnées de la personne que vous avez contactée (nom, adresse e-mail et postale, numéro de téléphone fixe ou mobile, etc.),
  • Rassemblez tous les documents, échanges de courriels ou contrats reçus du site Web.

N’oubliez pas : malgré les belles phrases des commerciaux il n’y a pas de rendements élevés sans risques élevés. Tous les investissements qui promettent un taux de rendement supérieur à celui des produits d’épargne ordinaires doivent être un signe d’alerte.

Petit rappel : 

Vous pouvez aussi recevoir des Spams par courriel qui vous demanderont des informations personnelles comme votre nom et prénom, votre adresse, votre numéro de téléphone.

Vous ne devez en aucun cas fournir ce genre de renseignement, le vol d’identité est monnaie courante sur la toile.

De plus, vous trouverez sur le site de la FCA et sur le site de l’AMF, des listes (listes dites noires) qui répertorient les courtiers non autorisés.  

Si l’AMF met régulièrement à jour sa liste noire des escroqueries identifiées, il existe encore de nombreux organismes de formation, signaux et brokers qui ont été signalés par l’AMF ou la FCA ou des utilisateurs de plateformes, mais qui n’ont pas encore été inclus dans la liste.

Cela signifie-t-il que toutes ces sociétés sont malhonnêtes ? Non, mais cela signifie qu’il y a des soupçons plus que probables, et l’AMF enquête avant de prendre une décision. Il est également possible d’en retrouver certains sur la liste noire de l’AMF lors de la prochaine mise à jour dans un futur proche. 

Quelque contacts utiles : 

  • Infos Escroqueries : 0 805 805 817
  • SOS Victimes : 01 41 83 42 08
  • Signal Spam www.signal-spam.fr
  • Portail officiel de signalement des contenus illicites de l’internet www.internet-signalement.gouv.fr
  • DGCCRF (répression des fraudes) au 39 39 (Source AMF).

 

Source : 

Forexagone

AMF

60 millions de consommateurs

Les Echos

Questions fréquentes

La publicité sur les investissements est-elle autorisée?
Non, depuis 2016, la publicité aux particuliers par voie électronique sur les options binaires, le forex et les CFD est interdite. Les médias électroniques concernés comprennent les sites Web, les courriels, les téléphones portables, la radio, la télévision, etc.
Qu'est-ce que le Whois?
Whois est l’abréviation de Who is? Ce qui veut dire en Français : qui est-ce? En effectuant une recherche Whois, vous obtenez les informations sur l'administrateur du site, de la personne qui a réglé le nom de domaine et du contact responsable de la maintenance technique du site.
Existe-t-il des recours en cas d’arnaque?
Si vous êtes victime, le seul recours est de porter plainte.

Amateur du trading, d’autant plus du trading en ligne, je passe des heures à analyser la Bourse et ses opportunités. J’ai commencé par un métier banal, comptable. Doué avec les chiffres, je me suis rapidement intéressé au trading, tout d’abord dans un cadre personnel. Puis j’ai choisi d’en faire mon métier en me mettant au service de DigitalBusiness.fr.

Quelles perspectives pour les marchés en Mars 2021 ? Téléchargez gratuitement l'ebook !
Decouvrez toutes les opportunités d’investissement via notre newsletter
Ce document vous est présenté par Alvexo à titre informatif et éducatif uniquement et ne constitue en aucun cas un conseil financier ou une proposition d’investissement.
Note: 43 votes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.