La répression contre les cryptomonnaies continue en Iran

4 semaines

Pour faire respecter l’interdiction de miner des cryptomonnaies, émise par le président Hassan Rouhani il y a quelques mois, le gouvernement iranien lance maintenant des opérations de contrôle.

Pour rappel, le minage de cryptomonnaies est interdit en Iran depuis le mois de mai dernier. Depuis le début de l’année en effet, de nombreuses grandes villes du pays – connu comme l’un des plus puissants en termes d’énergie pourtant – ont subi des coupures de courant intempestives. En cause : la baisse du niveau d’eau dans les lacs due à la chaleur bien sûr. Mais selon Reza Ardekanian, le minage de cryptomonnaies n’y est pas non plus étranger.

Le ministre des Énergies en Iran avait évoqué « des fermes à bitcoins » comme l’une des principales causes des délestages. Des propos confirmés d’ailleurs par des experts iraniens en électricité, qui ont déclaré que le minage était particulièrement énergivore. Selon eux, les activités des mineurs, qu’ils soient petits ou grands, consommaient plus de 4 % des énergies utilisées tous les jours sur le territoire iranien.

Face à cela, le président Hassan Rouhani avait donc pris une mesure radicale. Lors d’un Conseil des ministres au mois de mai dernier, il avait décidé d’interdire le minage de cryptomonnaies sur le territoire jusqu’au mois de septembre.

« Les activités de minage de cryptomonnaies doivent cesser jusqu’à la fin de Chahrivar », avait-il déclaré.

Une décision que les mineurs n’ont pas appréciée bien sûr, et que tous n’ont malheureusement pas respectée. Si bien qu’aujourd’hui, le gouvernement iranien s’est lancé dans une répression aussi sévère qu’en Chine. Pour être sûre que la loi est respectée, la police provinciale iranienne a lancé des opérations de contrôle auprès de sociétés soupçonnées d’être des fermes de minage.

Selon un article publié il y a quelques jours par l’Agence de presse de la République islamique, elle aurait déjà procédé à la fermeture d’une ferme à Téhéran, durant laquelle elle aurait saisi plus de 7000 appareils dernièrement. Le chef de la police iranienne, Hossein Rahimi, a également déclaré avoir effectué une descente dans plus d’une cinquantaine de sites, et aurait suspendu les activités de plus de 3000 mineurs en seulement deux jours.

Aucune arrestation n’a cependant été rapportée à ce jour. Le gouvernement iranien semble manifester plus de clémence envers les mineurs les plus têtus, quoiqu’au lieu d’un séjour en prison, ils écopent d’une lourde amende.

bitcoin iran

 

Source :

Journalducoin.com

Amateur du trading, d’autant plus du trading en ligne, je passe des heures à analyser la Bourse et ses opportunités. J’ai commencé par un métier banal, comptable. Doué avec les chiffres, je me suis rapidement intéressé au trading, tout d’abord dans un cadre personnel. Puis j’ai choisi d’en faire mon métier en me mettant au service de DigitalBusiness.fr.

Quelles perspectives pour les marchés en Juillet 2021 ? Téléchargez gratuitement l'ebook !
Decouvrez toutes les opportunités d’investissement via notre newsletter
Ce document vous est présenté par Alvexo à titre informatif et éducatif uniquement et ne constitue en aucun cas un conseil financier ou une proposition d’investissement.
Note: 60 votes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.